Etats d'âme

Mes états d'âaaames

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 22 janvier 2016

Mes 42 ans

Voilà je viens de vivre 42 années. 42 vous savez la réponse à la grande question sur le vie, l'univers et le reste.

dimanche, 30 août 2015

Avant la rentrée

Des photos des photos des photos de ces vacances. J'en ai fait autour de 2500. Au moins la moitié est partie à la poubelle. Finalement seul une petite dizaine de pour cent est à garder je pense. Mais l'essentiel est ailleurs... Ces photos reflètent les moments passés avec la famille et les amis. Tout ces moments de bonne humeur, de tendresse et de joie passés ensemble. Cela me rend heureux. C'est toujours une occasion d'apprécier la vie que l'on a qui n'est pas si mal et de se réjouir de vivre dans un pays en paix. Se dire la chance que l'on a de visiter des endroits magnifiques et de s’appesantir sur une chaise longue en pleine nature, juste là abandonné, s’imprégnant de l'harmonie du lieu. Se dire que le temps passe que les choses évoluent perpétuellement et qu'on est heureux en faisant des trucs. Voilà, j'exerce ma volonté à faire des trucs dont je suis capable et qui me rendent heureux. Des fois la vie peut être d'une insoutenable légèreté...

Pornic_2015_107_v1.JPG

samedi, 28 février 2015

Semur en Auxois

IMG_4109_v1.JPG Charmante bourgade se situant en Bourgogne. J'ai eu la chance d'y passer près d'une semaine pour une formation. Un séjour d'immersion en anglais. Pendant 5 jours j'ai essayé d'aligner 3 mots d'anglais sans faute et cela n'a pas été gagné! J'ai eu la chance d'être reçu chez Patricia. Elle est coach en anglais. Elle m'a parlé en anglais pendant 5 jours et m'a fait m'exprimer dans la langue de Shakespeare! Les 2 premiers jours se sont bien passés en alternant travail de grammaire et discussions à bâton rompu sur tout et rien! Le troisième jour a été un tournant. Non je n'ai pas d'un coup parler l'anglais sans faute ni avec l'accent londonien caractéristique. A 11h30 du matin je n'ai plus été capable de sortir un mot en anglais comme en français d'ailleurs! Mon cerveau n'en voulait plus. J'avais atteint ma limite. J'étais démoralisé, désemparé par la trop plein. Après m’être aéré le cerveau, Patricia m'a expliqué que c'était normal et qu'on passait par des phases de découragement. Le quatrième jour et cinquième jours, j'attendais les séances de grammaire avec autant de plaisir qu'une séance de roulette chez le dentiste. Je me sentais courbaturé, endolori par un match qui a déjà duré longtemps et que je doit poursuivre. Bref, la grammaire c'est sympa mais fini par être indigeste. C'est comme les bonbons, cela porte sur le foie quand on en mange trop d'un coup ;-) J'ai été trop gourmand!!! Les derniers jours se sont passés mais j'avais les muscles du cerveau en coton!

Et puis, nous avons visité le site de la bataille d'Alésia et admiré Napoléon III sous les traits de Vercingétorix! IMG_4053_v1.JPG

Il y eut aussi l'Abbaye de Fontenay! Magnifique lieu. La forge de l'Abbaye est une des plus anciennes usines d'Europe. Le cadre de ce lieu, son agencement forme une harmonie que les mots peinent à décrire. Bref, il faut y aller que l'on soit croyant ou pas!20150225142650_IMG_4182_v1.JPG

Patricia m'a accueilli dans sa magnifique maison d’hôte! J'ai apprécié être dans ce lieu chargé d'histoire. Patricia a rénové cette demeure avec beaucoup de gout. Si vous voulez visiter cette région n'hésitez pas à venir chez elle. Bien entendu, si vous voulez parler anglais pendant 5 jours, elle est dispo aussi! ;-) Elle est vraiment à l'écoute et s'adapte en permanence. Ce fut pour moi une expérience très enrichissante même si je ne suis pas totalement tenté de recommencer l'expérience enfin pas tout de suite!!!

Moi qui aime bien parler, j'avoue avoir apprécié le silence!

dimanche, 31 août 2014

Les belles vacances

Chevire_2014-08-05_003_v1.JPG Que de belles vacances cette année. Nous avons commencé par l'Anjou pour rendre visite à mon père. Nous avons pu visiter des vieilles pierres et découvrir sa maison en pleine campagne. Ce fut riche à bien des égards. Je me suis régalé à faire des travaux avec mon père. On a coupé, taillé, tronçonné et charrié du bois. Nous avons parlé aussi. Je pense avoir enfin compris un peu des réactions de mon père. J'espère que nous pourrons encore mieux profiter des moments où nous sommes ensemble. L'avenir le dira.

Chez_hugues_et_sylvie_Esperriere_02_v1.JPG Nous sommes allés à Peux aussi. séjour court mais intense. Juste le temps de voir ma maman et elle était déjà partie ;-) Nous avons revu aussi des amis connus dans ma jeunesse. Nous avons passé une merveilleuse journée en leur compagnie. Ils nous ont accueillis comme si nous nous étions quittés la veille. Quel bonheur de revoir des gens que j'admire pour leur ouverture, leur finesse d'esprit et leur simplicité. Il y a dans ce couple un supplément d'âme inspirant. Je me régale d'observer cela comme une étoile à suivre. Chez_hugues_et_sylvie_Esperriere_05_v1.JPG

Mimizan_jour1_Fab_002_v1.JPG Et puis, il y eut Mimizan avec les potes. ils n'étaient pas tous là mais ce fut génial. Ce fut comme je l'imaginais. Nous avons trouvé un équilibre dans les tâches domestiques. Et pour le reste, je pense que chacun en a profité. Un petit bémol pour Vaness qui à cause de son mal n'a pas pu en profiter comme l'année dernière :-( . J'ai pu me revoir pas plus grand que trois pommes, 38 ans en arrière grâce à une vidéo réalisée au même endroit par le grand père. Les vidéos en super 8 ont un charme désué extraordinaire. C'est la numérisation qui va prendre un peu de temps entre la mise au point du système de numérisation et le traitement de la vidéo une fois numérisé. Heureusement, Jean-Noël va me donner un coup de main :-) Mimizan_jour6_054_v1.JPG

Je retiens de ces vacances des éclats de rires comme les rayons de soleil trop peu nombreux pendant le séjour. La bonne humeur du matin qui annonce une bonne journée. La bienveillance des potes quand il m'est arrivé cette douleur bizarre dans la poitrine. Je retiens finalement tout le plaisir que j'ai eu de passer mes vacances avec des gens que j'aime. Mimizan_jour5_014_v1.JPG

jeudi, 30 janvier 2014

A comme Anniversaire

Je viens d'avoir 40 ans. J'ai toujours l'impression d'être jeune même si je sens bien le jeune de 25 me regarder avec une petite distance mêlé de respect :-) Le gris aux tempes mais en pleine possession de ses moyens physiques et intellectuels. Sentir être un trait d'union entre les jeunes et les vieux avec l'expérience d'un ancien jeune et la conscience de là où nous finirons tous! C'était mon anniversaire il y a de cela 9 jours mais ce n'est pas cela qui m'a fait le plus plaisir. En fait, ce fut le moment, quelques jours après, où je pus déclarer à ma douce ma flamme en lui chantant l'arioso de Lensky après 20 ans passés à ses cotés!

jeudi, 12 septembre 2013

Disparitions

Aujourd'hui, je suis triste d'apprendre que Jean Véronis vient de disparaitre. Il tenait un blog qui concernait le langage et l'informatique. En le lisant on devenait plus intelligent car ses explications de hauts niveaux étaient compréhensibles!

Cela me rapproche de la disparition de mon grand père il y a quelques mois de cela. Mon sujet de l'été était la fin de vie. La manière dont mon grand père est parti m'y a fait réfléchir. La dépendance, la volonté d'en finir ou pas, de laisser les choses se faire ou pas. La distance qui apparait avec les proches, ces regards dans le lointain et ses réponses quasi automatiques qui vous éloignent. Ses obsessions d'un lieu, de l'heure, d'un départ... Des choses tristes assurément mais qui sont et qui, paradoxalement, me donne envie de vivre plus intensément! Les relations chaleureuses et enrichissantes avec ceux qui sont importants pour moi c'est maintenant! :-)

lundi, 6 mai 2013

le matin

le_matin.jpg

mercredi, 23 janvier 2013

Qui s'en souviendra

La dernière pièce importante vient de se terminer et l'apparte est à peu près rénové complétement. Les gros travaux ont duré quelques mois. Je crois que si j'avais imaginé l'ampleur des travaux je n'y serais pas allé! C'est long et ingrat. Il faut être un peu fou pour refaire un apparte! On essaie de tenir un planning, un budget et des délais mais rien à faire. Entre l'inexpérience des travaux et la douce naïveté de croire qu'on va mettre un jour alors qu'il en faut trois. Entre les "surprises" de la rénovation (vieil apparte donc rien de droit) et des rallonges financières à prévoir pas prévues, des fois ça pique!!! Le moral dans les chaussettes après un temps d’euphorie. Et ce temps qui passe malgré tout qui oblige à avancer coute que coute. Je peux comprendre les gens dépassés par l'ampleur du boulot qui finissent par en être dégouté jusqu'à laisser les choses en l'état et fuir! Cela n'a pas été mon cas grâce à un certain nombre de choses.

Je crois ne m'être jamais autant investit dans quelque chose de toute ma vie en aussi peu de temps. L'engagement fut total et très éprouvant. Malgré tout je ne regrette rien. J'ai fini par finir. Je devrais dire NOUS avons fini par finir car je n'étais pas seul dans cette aventure. c'est une première grande leçon pour ne pas baisser les bras. A commencer par ma douce. Ce fut difficile au début, nous avions du mal à nous comprendre sur la manière de travailler et après des discussions les choses se sont mises en place. Et puis Lilian et Laurent sont venus déposer la première planche. Merci. Et puis ce fut au tour de Sabine et Michel de nous aider dans l'apparte mais nous leur devons aussi une fière chandelle de nous avoir hébergés pendant ces longues semaines. Merci infiniment. Et puis Vanessa, Marine, Hermione et Jean-Noël à grand coup de pinceaux et de voyages pour amener les plaques de BA13! Oui, on peut transporter dans une 807 des plaques de placo! Merci. Et puis Fabienne, Valentine et Pierre-Louis, parqueteuse, peintre et monteur de meuble de cuisine! Merci. Et puis, mon père, qui, dans le temps, de part ses conseils, son expertise et sa présence de temps en temps, a permis à l'ensemble des travaux d'avancer. Merci. Sans eux nous aurions abandonné! Et je dois dire que ce sont les femmes qui ont été les plus actives, les plus acharnées et les plus endurantes, Re-merci à ma douce, Sabine, Vanessa et Fabienne, vous êtes rares et précieuses les filles ;-)

J'ai senti que dans cette aventure il y eu bien plus que de simples coups de marteau et des couches de peintures. A commencer par les doutes. Arrivera-t-on à terminer dans les temps? Saura-t-on faire telle ou telle chose? L'organisation est-elle la bonne? Et la plupart du temps, ils mettent plutôt le moral à zéro! Avec les doutes on rentre dans le dur. J'ai appris que l'aventure pouvait se partager et pouvait être communicatif. D'une aventure somme toute assez égoïste on passe à quelque chose de plus grand que soit qui ne vous appartient plus totalement. J'ai gouté le bonheur d'être soutenu par des personnes authentiques en qui j'ai confiance. Je leur suis redevable de ce cadeau qu'elles m'ont fait et je suis content de cela. J'ai appris qu'être redevable c'est appartenir à un groupe. Cela fait un lien supplémentaire dans la relation et loin d'être pesant je vis cela avec sérénité. Je sais que je ne peux pas tout faire seul. J'ai besoin des autres. Cet apparte est un peu l'apparte des potes. Pour aller plus loin, j'ai eu l'impression aussi que pour les potes faire des trucs dans l'apparte relevait plus que de la simple aide. A les observer, je me suis dit que se jouait quelque chose pour eux mêmes en dehors du projet de base.

Alors qui se souviendra dans 10, 20 ou 30 ans de ce qui s'est passé cette année dans cet appartement, sans doute personne! Mais je crois que l'essentiel n'est pas là :-) J'ai vécu une expérience d'une grande richesse qui m'a permis de voir que là où il y a une volonté il y a un chemin et de mettre en pratique le célèbre adage "aide toi le ciel t'aidera"! Ce qui compte le plus n'est pas le confort ni la sécurité apportés par ces travaux mais l'aboutissement d'une volonté. Et si vous cherchez un entrepreneur qui tient la route vous pouvez faire appel à l'entreprise 3A dont je donne le n° 0681328103.

mardi, 12 juin 2012

Les cousins

Je viens de parcourir le profil facebook de mon cousin Maxime. Il semble bien dans sa vie. Je suis content pour lui :-)

Cela me fait drôle et me ramène à la fois dans le passé et dans le futur. Je me rappelle de sa petite bouille et de sa grande gentillesse moi qui avait quelques années de plus. On se voyait de temps en temps. Et la vie faisant, avec mes années supplémentaires on s'est perdu de vu. Et puis il y eut ce Noël un peu gâché où nous ne pûmes rester un jour de plus à Nancy pour nous redécouvrir. Et de voir ces photos de lui adulte, dans sa vie d'homme, me projette dans ces souvenirs. Des images, des senteurs, des émotions apparaissent. C'est tout un monde qui resurgit du passé. Un monde où j'étais enfant, adolescent et jeune adulte. Les envies, les manières de voir les choses, les attitudes, tout cela germinant dans un brouhaha intérieur. Des expériences à faire, des gens à voir et des idées à tester. Un besoin de reconnaissance, une envie de plaire, une énergie folle. Des doutes, des déconvenues et des tristesses aussi. Mais une envie d'apprendre et de comprendre inébranlable. Cette vision de Maxime sur le réseaux social me projette dans mon propre futur. Cette petite fille qu'il vient d'avoir est le demain et l'après demain. La responsabilité d'amener nos enfants à devenir plus grand! Un engagement assez inconscient je trouve tant nous pouvons nous débattre dans nos contradictions. Et l'envie de bien faire pour eux, l'envie de donner le meilleurs de nous mêmes...

Allez Max, je t'embrasse. Embrasse ta femme et ta petite. Et qui sait, peut-être nous reverrons-nous un jour prochain :-)

vendredi, 26 août 2011

En revenant des vacances

  • En revenant des vacances j'ai ramené du sable de cette plage qui nous a tant régalée avec les copains et dont j'ai analysé la granulométrie (déformation professionnelle ;-) ). la mer était bonne la seconde semaine.
  • En revenant des vacances, j'ai ramené des tas de photos des enfants, de la famille, des copains et de beaux couchers de soleil...
  • En revenant des vacances, je pense que nous nous sommes déplacés autrement qu'en voiture et j'ai aimé.
  • En revenant des vacances, j'ai revu mon frère, ma soeur, mes parents et la famille au même endroit et le même jour car ma soeurette se mariait. C'était sympa quoiqu'il a fallu prendre la voiture pour y aller. J'ai eu la joie d'être sur une photo avec mes parents et ma soeur et mon frère, une photo improbable...
  • En revenant des vacances, j'ai ramené le plaisir de faire des siestes l'après-midi.
  • En revenant des vacances, j'ai vu des relations évoluées, des situations se débloquées et d'autres se tendre.
  • En revenant des vacances, j'ai pu constater combien mes enfants grandissent et s'élèvent.
  • En revenant des vacances, je vois le temps passer comme un rouleau compresseur; nous finirons tous au paradis.
  • En revenant des vacances, les choses m'apparaissent différentes. Est-ce le changement de rythme qui me permet de mettre en perspective ce que je vis? Je ne sais pas.
  • En revenant des vacances, j'ai commencé à apprendre la douceur, la douceur dans les relations, dans ma pratique sportive et dans celle du chant.
  • En revenant des vacances, j'ai chanté en chorale et en soliste et j'ai pris énormément de plaisir.
Fichier audio intégré
Fichier audio intégré
  • En revenant des vacances, je compte apprendre à vivre plus intensément et avec plus d'amour.

vacances-2011-01.JPG vacances-2011-02.JPG vacances-2011-03.JPG vacances-2011-04.JPG vacances-2011-05.JPG vacances-2011-06.JPG

jeudi, 30 décembre 2010

la vie est surpenante parfois!

Je fête Noël avec ma belle-mère depuis des années et cela fait des années qu'elle est en dépression. Chantage affectif, culpabilisation, agressivité, ma belle-mère est passée par toutes les couleurs sombres de la dépression. Même si elle vit loin de Chambéry, c'était difficile à chaque fois qu'elle venait à la maison. Les tensions et les frustrations étaient le lot de chaque journée où elle était présente à la maison. Elle ne savait que vociférer après tout et tout le monde! Et puis, courant de l'année qui va s'achever, l'accumulation de tout ce qu'elle n'a pas su faire pour elle même s'est transformée en un accident. Ne sachant plus marcher correctement, elle a chuté lourdement et s'est cassée la clavicule. C'était en mars. Elle qui ne voulait voir personne a été obligé d'ouvrir sa porte. Et tout à commencer à évoluer. Je vous épargne les crispations et les tensions quasi quotidiennes juste après l'accident surtout avec sa fille en première ligne! Mais, petit à petit, pas à pas, elle s'est adaptée à sa nouvelle situation mais plus profondément elle a commencé à changer d'attitude vis à vis des autres. Lorsque nous sommes allés la voir au printemps, nous nous attendions à être accueilli avec violence comme d'habitude et ce ne fut pas le cas. Nous nous sommes retrouvés devant une personne beaucoup plus calme et qui nous a remercié d'être là.

Aujourd'hui, ma belle-mère a perdu 20Kg et a cessé de voir les autres comme des ennemis (moi compris ;-) ). Quand nous l'avons cherché en cette fin d'année, avec ma douce, pour fêter Noël ensemble, elle nous a dit qu'elle voulait quitter "cette vie de merde" et qu'elle désirait être "entourée des gens qui l'aime". Ce sont ses propres termes. La vie est surprenante parfois.

Même si cela sonne comme un conte de Noël, deux choses résonnent en moi à savoir d'abord qu'aider quelqu'un c'est l'accompagner non faire à sa place, je vous dis pas la mauvaise humeur de ma belle-mère quand je lui ai demandé de faire toute seule des trucs... Comme, pour ceux qui ont vu le seigneur des anneaux, la scène à Fondcombe où Bilbo veut revoir l'anneau que Frodon porte et son visage se déformer de colère avant de prendre celui de l'excuse. Et puis, de me dire que je dois m'étalonner sans cesse car les gens évoluent en permanence à l'image de la vie. Je ne peux pas me contenter de mettre les autres dans des cases, si j'appelle de mes voeux qu'ils changent, je dois commencer par les voir différemment.

Je souhaite à tous mes lecteurs une bonne et heureuse année 2011.

mercredi, 3 novembre 2010

Au bout du chemin

Je voudrais aborder un sujet pas évident mais essentiel. Cela nous a touché, nous touche et nous touchera de manière inéluctable. C'est tout un paradoxe. Je l'avais déjà abordé ici, j'y pense régulièrement et une tragédie récente me donne envie d'en parler.

Je sais que tout ce que nous vivons est éphémère, ne durera pas! A commencer par les choses matérielles. Je me dis toujours à quoi bon m'attacher aux biens que j'ai pu acquérir, à plus ou moins grande échéance, ils cesseront d'être. Je pense que les biens matériels sont le support de la vie mais ne sont pas la vie même si la société dans laquelle je vis veut me faire croire le contraire. Ce n'est pas pour cela que je vis, ce n'est pas cela qui me donne envie vraiment. En fait, je trouve qu'il nous faut bien peu de choses pour assurer la vie. Je travaille dans cette société pour assurer la vie pas pour devenir riche d'argent ni de biens matériels. Tous les biens matériels de la terre ne me protégeront pas de l'infini tristesse de la perte de quelqu'un que j'aime.

Concernant mes semblables, je le dis, je veux être riche d'interactions. Je veux être milliardaire d'expériences humaines! C'est, ici et maintenant, ma vérité. Je veux enrichir mes relations avec les autres, faire de chaque relation des pierres précieuses. Je vois avec plus ou moins de clairvoyance la beauté des autres et je veux la reconnaître, l'apprécier, la célébrer. C'est pour moi essentiel car je connais la fin du chemin et elle arrivera toujours trop vite surtout pour ceux qu'on aime et qui nous aime. Savourer les moments avec les autres et tenter de les rendre plus intéressant et plus vivant!

mardi, 31 août 2010

Les vacances

Même si j'ai encore une semaine de vacances, vu que je suis à la maison, c'en est plus vraiment... Mais ce n'est pas grave :-) !

J'ai passé du bon temps et je compte encore en passer pendant une semaine du reste. Je ne sais pas vous mais moi, les vacances d'été me permettent de voir les choses autrement. Le fait de changer de rythme sans doute et de voir des personnes différentes me font évoluer et particulièrement cette année. Plus ou moins consciemment, je me sens différent. J'abandonne des attitudes pour en embrasser d'autres qui pour moi ont plus de sens.

Je suis content car j'ai revu un ami d'enfance, devenu légionnaire, marchant dans la vie avec confiance et sachant ce qu'il veut, bien dans ses baskets quoi! Et non, les légionnaires ne sont pas tous des assassins et des alcooliques de tous les pays, c'est le contraire d'ailleurs. Cela m'a fait d'autant plus plaisir que l'image que je m'étais faite de lui avec les années en plus était exacte.

Et puis j'ai posé du placo chez ma mère et j'ai été ravi! J'ai bossé avec Roland, le compagnon de ma mère, il a enfin accepté de me fixer le travail à faire et de me laisser le faire tout seul! Il était là en soutien pour me conseiller et me diriger et j'ai pris beaucoup de plaisir à cela. Roland, c'est un bâtisseur, il ne peut pas rester sans rien faire, j'aime bien le voir s'activer pour avancer les travaux dans la maison de ma mère même s'il ne se protège pas quand il travaille ce qui me chagrine vraiment (une disqueuse ça coupe et ça fait du bruit par exemple). Même s'il est un peu brouillon parfois, il donne de sa personne sans compter et cela m'inspire.

Et puis ma mère nous a pris les enfants cet été. C'était la première fois qu'elle nous les prenait pendant plusieurs semaines. J'étais vraiment content car cela leur a permis de voir autre chose, de vivre un rythme différent, de vivre dans la campagne profonde (Peux, le village où habite ma mère, se mérite, ne serait-ce que pour y aller, faut avoir un bon GPS!!!), de faire des choses qu'ils n'ont pas l'habitude de faire. Bref encore merci maman et je te souhaite une bonne retraite désormais ;-) ! Je t'aime.

Beaucoup de choses se sont passées encore, le temps est infiniment riche en rencontres, en émotions et en sentiments!

Maison Peux

mercredi, 7 juillet 2010

La grande aventure

Je suis un lent et Je prends mon temps pour écrire et du reste on me le reproche un peu. Ce n'est pas pour me déplaire car je préfère cela plutôt que de ne rien entendre :-) . Pour donner un ordre d'idée de ma lenteur, j'ai débuté ce billet en octobre 2008 ;-)

Cela fait maintenant pas mal de temps que je réfléchis sur mes relations avec les autres et sur les relations aux autres. Ce n'est pas fini pour autant du reste! Pour moi, l'aventure se situe là. Quand pour certains, l'aventure c'est le voyage, l'éloignement familiale, la découverte d'autres cultures; pour moi ce sont les relations entre les humains. Je ressens profondément en moi, en nous, la peur. Peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur, de blesser, de ne pas comprendre et cela finit toujours par des jugements de valeurs qui n'ont aucun sens. Finalement, on s'aime mais on est tellement maladroit et/ou trop silencieux que les relations s'aigrissent, s'étiolent et se terminent. Apprendre à écouter est pour moi la base de la relation et on ne nous l'apprend pas. Pourquoi?! Au départ il y a une incompréhension et cette incompréhension se mue en problème, le problème en crise et si on n'arrive pas à vraiment se parler cela peut aller jusqu'à la haine dans le pire des cas. Je veux dire que dans une relation, les torts ou les raisons sont toujours partagés et il faut assez de courage pour reconnaître que notre vision de la situation n'est pas la seule et stricte vérité et que même quelque fois on est à coté de la plaque. On peut s'égarer.

Et puis, il y a les affinités que nous pouvons avoir les uns envers les autres. Cet élan d'amour inexplicable qui nous porte vers l'autre, qui nous pousse à prendre plaisir à l'écouter, à l'accepter tel qu'il est et bien entendu à partager avec lui des moments de complicités. Quant cela arrive c'est vraiment super mais cela n'exclut pas les autres amis. Les affinités ne sont pas exclusives et il y a toujours de la place pour les autres.

Apprendre à recevoir les sentiments négatifs, comprendre qu'il ne s'agit pas de soi dont la personne se plaint mais bien des difficultés qu'elle éprouve et qu'elle n'arrive pas ou difficilement à gérer. Apprendre aussi à recevoir les sentiments positifs n'est pas choses évidentes non plus. Avoir l'humilité de reconnaître que d'autres nous apprécient n'est pas simple. C'est toujours une aventure et quand une personne accepte de se laisser porter cela peut donner des choses magnifiques. Mettre son arrogance de coté et se dire que nous avons besoin des uns et des autres voilà quelque chose qui me parle, qui me réconcilie avec mes semblables.

Je crois que chacun est là pour vivre des expériences et qu'il y a beaucoup d'inconscient dans celles-ci! Comme si quelque chose nous poussait malgré nous. Je comprends que la beauté et la perfection du monde est là, présente devant nos yeux et que nous ne voulons pas le croire... à commencer par moi! :-)

Combat intérieur

lundi, 26 avril 2010

L'amour de la vie

J'ai 36 ans et petit à petit je sens que les choses évoluent. Tout d'abord mon corps. J'ai la vue qui baisse légèrement même si tout va bien selon les critères de médecine, je le sens. mon corps évolue, ces réactions se font moins aisés, légèrement moins et je le sens. Mon cœur tape dans ma poitrine avec plus de force mais moins facilement qu'avant. Je mange un peu trop, je suis gourmand et le vin, même si je l'apprécie, me fait des aigreurs d'estomac. Ces signaux faibles que mon corps m'envoie sont autant de limites qui me font dire que le temps passe et que ma vie est comptée. Mon corps me donne sans compter parce que c'est une machine magnifique mais il est comme un sablier, grain par grain il s'épuise petit à petit.

Et puis il y a les sentiments et les peurs. L'autre jour, j'ai entendu dans la nuit une femme qui pleurait, qui répétait sans relâche à son compagnon d'arrêter. Je devinais la voix sourde et mauvaise de l'homme énervé. Cette voix éplorée accentuée par le silence de la nuit m'a vrillé les tripes. Je réalise que mes émotions impactent mon corps directement qu'il n'y a pas de protection et que je dois vivre avec cela. Je suis capable de contrôle mais je vis en permanence avec mes émotions et quelque fois c'est très difficile. Et puis, la mort de quelqu'un ou la rencontre d'une personne que l'on admire profondément sont autant de sensations qui nous renvoient à un essentiel dans notre vie, celui de vivre pleinement, de sucer la moelle secrète de la vie, d'approcher de la vérité de ce qu'on est pour comprendre ce qu'on fait là :-)

Et puis il y a les autres, comme des miroirs nous renvoient nos propres images, nos attitudes ambivalentes, nos turpitudes. A la fois destructrices et enrichissantes, les relations avec les autres ne sont jamais simples reliées directement avec la relation que nous entretenons avec nous-mêmes. Entre incompréhensions et reconnaissances, le spectre est infini. Doit-on se fermer pour autant, je ne le crois pas. Je pense au contraire, que nous pouvons vivre ensemble avec la force de rester soi-même tout en gardant l'esprit ouvert.

Au final, pas grand chose à dire, juste l'humilité de me dire que j'ai l'urgence d'une vie pour accepter que les choses sont ce qu'elles sont, aimer la vie en somme ;-) !

mercredi, 6 janvier 2010

La gentillesse

Suis-je une personne gentille ou pas. Voilà une question qui mérite d'être posée tant ce mot peut revêtir une connotation négative. Ne dit on pas "trop bon trop con!" Voici un article du monde parlant de gentillesse que j'ai trouvé via une note du blog de Piwi. Cet article me parle et me fait penser à cette vidéo que mon père m'avait envoyé qui est un entretien concernant la CNV ou Communication Non Violente. Ne me remerciez pas je suis trop gentil ;-) !!!

mardi, 15 décembre 2009

Les cadeaux

Ah les cadeaux! C'est vraiment d'actualité en cette période. J'aime offrir des cadeaux et j'aime qu'on m'en offre en retour. Ils représentent et symbolisent l'amour et la reconnaissance que l'on peut nous porter. C'est chouette je trouve. Mais pourquoi donc faut-il que je reçoive des cadeaux pour me récompenser d'acheter des trucs qui m'intéressent, ou bien, et surtout, pour me donner envie d'acquérir des trucs dont je n'ai pas besoin.

Cela donne à peu près ceci : Je reçois un coup de téléphone et une dame très pro m'aborde comme suit

La Dame Au Téléphone (LDAT) :

Bonjour M. le farfelu, Ca va? (Oui je maquille mon vrai nom cela fait plus sérieux quand même. D'autant plus que mon nom de famille n'a aucun intérêt pour l'histoire!!!)

M. Le Farfelu (MLF) :

Oui très bien. (Tiens ça fait MLF mes initiales maquillées, trop délires, chui trop top dans l'humour quand je m'y mets!)

LDAT :

MLF nous avons des clients près de chez vous et nous voulons vous faire profiter de nos produits (Qu'elle est gentille de penser à moi tout de même, je ne la connais même pas, elle a super confiance, je pourrais être un dangereux psychopathe)

LDAT :

c'est pourquoi nous vous faisons une offre que vous ne pouvez pas refuser MLF (Ah trop cool mais comment savent-ils que je ne peux pas la refuser cette offre, ils ont des devins ou quoi)

LDAT toujours :

En effet MLF, nous avons sélectionné pour vous une trentaine de produits en promotion que vous pouvez commander sans engagement de votre part et pour vous récompenser vous recevrez un superbe cadeau surprise. (imaginez l'état dans lequel je me trouve, je suis aux anges tout cela pour moi rien que pour moi et avec un cadeau en plus, c'est Noël avant l'heure)

2 secondes se passent

MLF :

Et vous ça va?

5 secondes se passent, le temps que le message monte à l'esprit de la dame, cet esprit obnubilé par le déroulé sur l'écran et dont la ligne de réponse du client ne correspond pas, et redescende pour faire une réponse à peu près censée. LDAT :

Oui... ça va je vous remercie.

MLF :

Je vous remercie de tout cela mais votre offre ne m'intéresse pas. (Finalement c'est trop beau pour être vrai, ce sera difficile mais je vais résister à cette offre, je n'en ai pas besoin)

LDAT :

Quand même MLF, tous ces produits pour les fêtes à des prix très avantageux... (Oui je sens bien qu'elle me fait une fleur là mais je dois résister malgré tout, même si cela doit la rendre triste)

MLF :

Oui mais non, vous savez nous achetons chez vos concurrents et cela nous va bien (je sens que je la déçois vraiment là, je sais c'est triste des fois je suis sans cœur)

LDAT :

Et ne l'oubliez pas vous recevrez un cadeau et c'est sans engagement de votre part MLF. (Quelle abnégation elle veut vraiment me faire plaisir, et moi qui vais la décevoir je sais c'est moche, c'est vraiment moche! J'en suis conscient)

MLF :

Je comprends bien mais je ne vous achèterais pas de produit et je vous dis au revoir. (Je suis triste un peu quand même, je n'aurais pas le cadeau)

LDAT :

Très bien MLF, bonne journée.

Je n'accroche plus à tous cela. Le malaise grandit en moi tandis qu'un idéal apparait. Je ne suis pas prêt à abandonner toutes les valeurs de ce système déraisonnable parce qu'il me fait vivre et fait vivre ma famille mais je m'y reconnais de moins en moins. Je me sens piégé. Alors j'essaie de résister, de trouver un équilibre entre ce monde matériel, facile, hiérarchisant et surconsommateur et un monde de conscience plus grand, joyeux, solidaire et économe. Il y a des cadeaux enrichissants quand d'autres sont empoisonnés ;-) !

Allez, je souhaite de bonnes fêtes à tous mes chers lecteurs et que l'année 2010 nous rende plus confiants, attentifs et aimants :-) .

vendredi, 17 avril 2009

A celle que j'aime...

A celle que j'aime et qui rempli mes jours et mon existence je voudrais dédier ces quelques mots. J'ai un plaisir immense à vivre avec cette femme, la mère de nos enfants. A celle qui me fait confiance, qui me donne l'envie d'avancer, d'être meilleur, d'accepter les choses comme elles sont. A l'amante qui me suce avec délectation et gourmandise, qui me nourri de son affection sans arrière pensée. A la mère qui s'occupe de nos enfants avec beaucoup d'attention, d'engagement et d'amour. A celle qui a souvent de bonnes idées et qui sait calmer mes emportements et venir vers moi quant je suis perdu dans mes sentiments. A la manipulatrice, à la maladroite ,à la femme brute de décoffrage qui est capable de m'écouter dans ces moments là sans toujours se sentir jugée ou trahie. A la femme avec ses rondeurs qu'elle n'arrive encore pas à assumer alors que je la trouve belle tout simplement. A la femme qui nourrie notre relation et qui fait d'elle un véritable trésor. Enfin, à celle qui m'a fait naturellement une place quand les enfants sont arrivés et qui m'a soutenu dans mon rôle de père et qui m'a fait un des plus beaux cadeaux de mon existence.

Je voulais lui dédier ces quelques mots car je vis chaque jour avec plaisir en sa compagnie, car elle me plait, car je l'aime.

dimanche, 6 juillet 2008

L'arrogance ordinaire

J'ai l'arrogance de croire que je maîtrise ma vie. J'ai l'arrogance de croire que parce que c'est moi, tous les projets dans lesquels je m'engage seront menés avec succès. Et le pire de tout cela, j'ai l'arrogance de croire que je ne le suis pas :-) !

Je constate, cependant, que je ne suis pas le seul à l'être et que c'est même une "qualité" partagée avec bon nombre de mes congénères. Oh ce n'est pas l'arrogance assumée des quelques individus qui pensent avoir inventer le fil à couper le beurre, non je veux parler de cette arrogance ordinaire, celle qui vous empêche de demander de l'aide pour ne pas être redevable, celle qui vous somme de nier vos erreurs et vos errements, celle qui vous permet de penser que vous êtes le centre de votre petit monde et que sans vous les choses s'arrêteraient. Cette arrogance qui prend des formes diverses comme l'orgueil ou la jalousie. Franchement, de croire que je puisse remplir tous les besoins de ma douce ou de mes enfants est déraisonnable. De penser que parce que je suis un client, je peux être désagréable voir odieux avec les vendeurs est ridicule. Enfin, le mirage de penser qu'en faisant les choses comme il faut, il ne peut rien m'arriver est une pure folie.

Je réalise chaque jour la fragilité du monde, celle de ma famille et ma propre fragilité. Quand je m'oppose durement, cela m'affecte, quand ma douce a des difficultés, je n'y suis pas insensible et de voir chaque jour ces familles du monde victimes des guerres et des attentats, je remercie la divine providence de vivre en paix. La vie est injuste.

La vie ce sont des choix plus ou moins conscients, plus ou moins assumés, plus ou moins justifiables! Alors, j'ai décidé de me relier avec ceux que j'apprécie et qui sont importants pour moi. Je fais le choix de consacrer mon énergie à reconnaître et apprécier le meilleur des autres et à exprimer qui je suis avec toute la sincérité dont je suis capable.

mardi, 26 décembre 2006

Retenir les moments

La vie est fait de moments. Il y a de grands moments, des petits moments et des moments de solitudes aussi :-) Il y a surtout des moments qu'il faut saisir, accueillir, retenir parce qu'ils sont toujours une occasion d'être nous mêmes sincèrement avec nos défauts et nos qualités. Les fêtes de fin d'année sont un excellent exemple de ces moments qu'il faut apprendre à accueillir plutôt que subir :-)

Lire la suite...

- page 1 de 2