Élever un enfant ?

Texte trouvé via la lettre mensuelle de l'http://www.education-authentique.org/

Steven Harrison a écrit :

Nous ne faisons pas des enfants par amour.

Nous faisons des enfants par confusion, par désir à la suite de nos idées, de notre besoin de sécurité. Nous faisons des enfants, c’est tout. Notre biologie nous y pousse.

Nous appelons « amour » le profond sentiment éprouvé pour nos enfants, mais il s’agit d’attachement. L’amour est tout autre.

L’attachement peut fonctionner pour protéger l’enfant pendant sa croissance. Mais ce même attachement le blessera et nous blessera lorsque nous ne pourrons le lâcher.

Nous ne pouvons élever nos enfants. Si nous le faisions, ils seraient pareils à nous. Au lieu de cela, effaçons-nous.

Le nouveau-né dépend entièrement de nous pour pourvoir à ses besoins. Ses pleurs sont une demande. En y répondant, nous créons les fondements de sa sécurité et la possibilité de ses propres découvertes.

Offrons-lui un environnement de liberté et d’espace.

Nous serons tentés d’essayer de forcer l’enfant dans le moule de notre monde, de notre rythme, de nos schémas. Nous serons tentés de conditionner l’enfant, de le socialiser, de lui imposer les règles qui ont été implantées dans nos esprits.

L’enfant apprend de notre être, pas de nos mots. Il observe activement notre quotidien. S’il y a un « fais cela », faisons-le. S’il y a un « ne fais pas cela », ne le faisons pas nous-mêmes. Vivons nos recommandations à l’enfant.

L’enfant sera conduit par sa volonté intérieure, ses intérêts et ses qualités inhérentes. Le matériau génétique, la mémoire biologique qu’il porte en lui interagira avec les forces de l’environnement, et la nature de l’enfant émergera spontanément.

Plus tard, libéré de cette idée que nous sommes des parents, l’enfant s’engage vers une vie d’adulte. La relation avec les parents existe maintenant seulement par réciprocité, non par obligation ou par culpabilité.

La manière dont un tel enfant, maintenant adulte, élève la prochaine génération pourrait être fondamentalement différente.

Nous ne pouvons produire d’enfants transformés par le seul fait de notre désir. Nous pouvons cependant laisser notre magma mental hors de l’affaire. Nous pouvons faire en sorte que notre centre conditionné soit absent du processus de soutien à l’enfant.

Nous produisons des enfants. C’est notre nature. Il n’est pas besoin d’envelopper cela de confusion ou de culpabilité. Faisons des enfants, adoptons-en, guidons-les, mais ne leur injectons pas notre conditionnement.

Laissons-les être ce qu’ils sont.

Extrait de Être un. Se trouver dans la relation, L’Homme, p. 129-132.

Commentaires

1. Le jeudi, 10 novembre 2011, 11:45 par mima

ce Mr HARRISON s'est il occupé,ou a-t-il seulement eu un enfant pour en parler ainsi.
Le fond peut etre juste mais manque quelques nuances concernant le sentiment d'amour
Vaste sujet

2. Le mardi, 15 novembre 2011, 12:30 par nathalia

Tout cela me semble bien théorique... Je ne sais pas qu'en penser.

3. Le mercredi, 16 novembre 2011, 11:14 par cornelius

il faut s'accorder sur le sens des mots , élever par exemple ou amour , attachement De même pour les règles de la politesse , de l'hygiène , le code de l'habillement pour certains métiers par exemple sont des nécessités , des pré-requis indispensables à leur intégration dans certains cercles professionnels , des codes tout simplement
ceux ci ne sont du reste pas forcement les notres , ils faut qu'ils les acquièrent cependant

une discussion autour de cela serait bien 
merci Nico pour tes liens qui poussent à la reflexion , au retour sur  les actes
4. Le dimanche, 20 novembre 2011, 18:25 par Nicolas

Je trouve tous vos commentaires bien intéressants. Un peu théorique sans doute mais je trouve pertinentes ces réflexions autour de l'éducation en tout cas. Cela me parle.

@mima : Pourrais-tu expliquer ce qui pour toi est le sentiment d'amour. Je trouve que parler d'attachement profond se rapproche du sentiment d'amour.

Pour moi l'amour est dénué d'intérêts, il est sans contre-partie. L'amour véritable est l'amour inconditionnelle que ce soit avec nos enfants mais aussi avec les conjoints, les amis. Et puis en poussant le truc, c'est l'amour de l'humanité dans son ensemble. Après, nous sommes tous à la recherche de cet amour, nous sommes toute notre vie en formation de cette amour là. Mais concrètement, je pense que le sentiment d'attachement est une étape. Je veux dire que concrètement, quand nos enfants s'opposent à nous lorsqu'ils sont ado par exemple et qu'ils vont contre notre volonté de parent cela nous est difficile. Combien sommes-nous à utiliser des mesures de rétorsions à leur encontre (chantage et autre). De la même manière, franchement quand je vois le nombre de gens qui se séparent parce qu'ils ne "s'aiment plus" je me dis que l'amour n'était pas si présent et qu'il s'agit d'un autre sentiment. Et puis, je vivrais franchement mal si ma douce me trompais, j'ai beau connaître le chemin je ne supporterais pas cette situation. Est-ce que je l'aime vraiment ou bien suis-je attaché profondément à elle.
Bref, tout cela pour dire que nous sommes tous en apprentissage de cette amour inconditionnelle qui me semble être le plus juste et que nos enfants nous montrent lorsqu'ils sont petits :-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet